Focus

European journalism interesting practices and innovative legislations

Flagship proposals

Concrete political proposals in support of a civic and social European journalism. Come and comment them !

Op-Eds

Views on media and media policies. Do you agree with them?

In the news

Events to attend and news to share

In French

Articles et propositions en français

Home » Featured, Headline, In French, In the news

Plongée dans le débat sur les prix du journalisme européen

Submitted by on November 23, 2011 – 12:47No Comment

The end of the Euro­pean Par­lia­ment prize for jour­nal­ism, announced one month ago, relaunched the debate on Euro­pean insti­tu­tions’ action towards jour­nal­ists. For its sup­port­ers, such a prize is a impor­tant means to encour­age jour­nal­ists to seize Euro­pean mat­ters. For its crit­ics, it is incom­pat­i­ble with the jour­nal­ists’ need of inde­pen­dence. Read more in Max­ence Peniguet’s fol­low­ing arti­cle (in French).

L’annonce de l’abandon du prix du Par­lement européen pour le jour­nal­isme le mois dernier a relancé le débat autour de l’action des insti­tu­tions européennes sur les jour­nal­istes chargés de les suivre. L’Union européenne doit-elle sup­porter de quelque manière que ce soit les jour­nal­istes ? À la vue des nom­breuses can­di­da­tures aux prix et le développe­ment des pro­jets financés, poser la ques­tion paraît bien désuet.

Après 4 ans de ser­vice, l’organisation du prix du Par­lement européen pour le jour­nal­isme est arrêtée. L’information a été révélée sur ce blog le 20 octo­bre 2011, soit un jour après la remise des prix. Infor­ma­tion con­fir­mée par le porte-parole du Par­lement mal­gré le fait que « l’Association de la presse inter­na­tionale s’était adressée au PE en faveur de son maintien. »

Si l’on a pu croire à un arrêt bru­tal du prix, en fait, sa fin fut véri­ta­ble­ment votée en mai 2011 (point 92 du texte), le Par­lement européen déplo­rant « que ce prix était inop­por­tun dans la mesure où le Par­lement n’a pas à décerner des prix à des jour­nal­istes dont le tra­vail con­siste à exam­iner de façon cri­tique les insti­tu­tions de l’Union et leurs travaux.» En somme, l’institution partage l’avis des détracteurs, qual­i­fi­ant en sub­stance le prix de remer­ciement pour propagande.

La Com­mis­sion européenne, cham­pi­onne des prix

Le Par­lement européen, organe représen­tatif du peu­ple européen, con­naît un fonc­tion­nement démoc­ra­tique puisque ce sont les députés qui déci­dent de leur organ­i­sa­tion interne, avec comme on l’a vu par exem­ple, la fin du prix pour le jour­nal­isme. À son opposé, la Com­mis­sion européenne, rem­plie de per­son­nes non élues, organ­ise, elle, tou­jours quelques prix.

On cit­era parmi eux le prix européen du jour­nal­isme dans le domaine de la santé ou le prix Lorenzo Natali qui récom­pense les jour­nal­istes engagés pour le développe­ment, la démoc­ra­tie et les droits de l’homme. Tous deux con­tac­tés, seul le prix Lorenzo Natali a donné un retour sur son « suc­cès » : « Le prix obtient chaque année plus de recon­nais­sance. Plus de 1 000 jour­nal­istes déposent leur can­di­da­ture chaque année. En 2011, il y avait plus de 1 300 par­tic­i­pants », explique un attaché de presse d’Andris Piebalgs, com­mis­saire européen au développe­ment. En revanche, il ne sem­ble y avoir eu aucune étude réal­isée quant à la per­ti­nence d’un tel prix, qui aura tout de même 20 ans d’existence en 2012.

« Mon arti­cle était critique »

Com­mis­sion et Par­lement ont donc une posi­tion opposée. Tout comme, entre eux, les jour­nal­istes. Il y a ceux qui, comme ce jour­nal danois, trou­vent qu’ « on ne peut pas veiller à une presse libre et en même temps récom­penser ceux qui écrivent les ‘bonnes choses’ sur les ‘bons sujets’. » Et il y a ceux qui, comme Tero Kosk­i­nen, l’un des lau­réats du prix du Par­lement européen cette année, pensent que l’UE doit motiver les jour­nal­istes, car : « La réal­ité est que le nom­bre de jour­nal­istes cou­vrant les affaires européennes diminue. (…) Si les jour­nal­istes cri­tiques ne sont pas intéressés dans l’UE cela peut devenir un réel prob­lème pour la démocratie. »

D’autant que Tero Kosk­i­nen pré­cise qu’il est un « jour­nal­iste d’investigation » et à ce titre ne pro­duit que « des his­toires cri­tiques, ce qui sig­ni­fie une immu­nité pro­fes­sion­nelle face à la pro­pa­gande de l’UEIl pré­cise que son « arti­cle était cri­tique — l’administration de Ceaus­escu était plus favor­able aux Roms roumains que celle de l’UE. » Mais le Fin­landais est bien con­scient des remar­ques faites à l’encontre de ce genre de com­péti­tion et celle du Par­lement en par­ti­c­ulier. Il pense donc que « le prix doit être organ­isé, mais sans député européen au sein du jury .»

Ceux qui pensent qu’il faut que l’UE organ­ise des prix et sou­ti­enne les jour­nal­istes ont déjà gagné, en pra­tique, à la vue des nom­breuses com­péti­tions exis­tantes. Ceux qui sont con­tre ne font qu’empêcher de nou­veaux pro­jets de se créer, comme ce fut le cas avec l’abandon de l’enveloppe d’1, 5 mil­lion d’euros devant être don­née par l’UE à des jour­nal­istes d’investigation sur des col­lab­o­ra­tions transfrontalières.

Related posts:

  1. Sept grandes fon­da­tions lan­cent un prix du jour­nal­isme européen
  2. Créer un réseau européen pour l’enseignement du jour­nal­isme européen
  3. Hiérar­chie de l’information: le Par­lement européen va élire son nou­veau prési­dent mais per­sonne ne le sait
  4. La syn­thèse du 8 novem­bre et la pour­suite du débat sur Socialeuropeanjournalism.com
  5. Créer un statut de cor­re­spon­dant européen


Leave a comment!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.